4. La langue des opportunités

Tout comme apprendre à jouer d’un instrument de musique, apprendre une nouvelle langue demande des efforts, mais c’est aussi extrêmement gratifiant.

L’apprentissage peut être aussi agréable que le résultat, quiconque s’est engagé sur cette voie vous le dira. «Selon moi, apprendre une langue, c’est communiquer avec des personnes d’autres parties du monde et de cultures différentes, ce qui est très important compte tenu de ma passion pour les voyages», affirme Celia, une Espagnole qui parle quatre langues. «Apprendre des langues me plaît vraiment, même si parfois il est un peu frustrant de constater que l’on a encore énormément à apprendre dans une langue que l’on maîtrise pourtant bien.»

En outre, les emplois liés aux langues, tels que la traduction et l’interprétation, sont de bonnes options de carrière au sein de l’UE. Les linguistes peuvent souvent travailler dans divers secteurs, par exemple dans le tourisme, l’édition et les organisations ou entreprises internationales.

La connaissance d’une langue peut contribuer à dévoiler une culture ou une société étrangère.

Et apprendre une langue étrangère peut vous donner ce regard, car cela vous permet de communiquer avec les gens dans leur langue et d’accéder directement à la culture et à la littérature d’un pays.

En effet, on peut considérer que connaître une nouvelle langue c’est s’ouvrir une mine d’opportunités. Comme le dit le psycholinguiste Frank Smith: «Connaître une langue trace la voie de votre vie. En connaître deux vous ouvre toutes les portes en chemin.»


Une meilleure compréhension

La connaissance de langues étrangères est un moyen important de permettre à des peuples de différentes sociétés de se comprendre. Alors que le monde rapetisse et devient un village mondial, tout en se développant progressivement en une communauté humaine internationale, le besoin de dialogue et de compréhension interculturels devient de plus en plus pressant. Mais une seule lingua franca ne suffit pas, comme le dit Nelson Mandela, le grand défenseur des libertés en Afrique du Sud: «Si vous parlez à un homme dans une langue qu’il comprend, vous parlez à sa tête. Si vous lui parlez dans sa langue, vous parlez à son coeur.»

«Quelqu’un qui ne parle aucune langue étrangère ne connaît rien de la sienne.»
(Maximen und Reflexionen IV 237: «Wer fremde Sprachen nicht kennt, weiß nichts von seiner eigenen»)
Johann Wolfgang von Goethe


Littérature

Certaines personnes parviennent à maîtriser si bien une autre langue qu’ils peuvent l’utiliser pour écrire. Joseph Conrad, auteur polonais largement reconnu comme étant l’un des plus grands romanciers en langue anglaise de tous les temps, en est l’un des exemples les plus célèbres. Cette reconnaissance est d’autant plus remarquable que Conrad n’a appris l’anglais que lorsqu’il avait plus de 20 ans, lors de ses voyages dans la marine marchande britannique.

Parmi les autres auteurs multilingues, citons le romancier franco-tchèque Milan Kundera, qui révise personnellement les traductions françaises de ses livres, et l’auteur russe et américain Vladimir Nabokov, qui a écrit ses neuf premiers romans en russe avant de produire certains des plus grands classiques de la littérature moderne en langue anglaise.

Un exemple d’auteur polyglotte contemporain est Vassilis Alexakis, qui écrit en français et en grec. En 2007, il a reçu le «Grand prix du roman de l’Académie française», l’un des prix littéraires français les plus prestigieux. L’une de ses oeuvres les plus célèbres, Les mots étrangers, est un voyage culturel et linguistique en France, en Grèce et en République centrafricaine, pays dans lequel le narrateur décide d’apprendre la première langue du pays, le sango.

© Union européenne

Study in Poland
Privacy Policy